Écriture thérapeutique : le guide complet pour bien commencer

par Nicolas Gatt

Cette semaine, j’aimerais te parler de quelque chose que j’ai pratiqué pendant des années sans le savoir : l’écriture thérapeutique.

Quand j’ai commencé à écrire pour me sentir mieux ou pour passer certaines étapes douloureuses de ma vie, l’écriture thérapeutique n’existait pas vraiment en tant que concept formel.

En soi, écrire pour se sentir mieux, cela fait des millénaires que l’être humain en est capable. Mais j’ai envie de te parler de quelque chose de plus actuel. Je veux t’expliquer comment tu peux, toi, commencer à écrire pour te sentir mieux.

J’ai envie de t’aider à comprendre que tu n’as pas besoin d’aller très mal pour pratiquer l’écriture thérapeutique et de te donner quelques conseils si tu as envie de t’y mettre.

Parcours ce guide de l’écriture thérapeutique pour en comprendre les bienfaits et savoir comment commencer pour te sentir mieux dès maintenant.

Qu'est-ce que l'écriture thérapeutique ?

L’écriture thérapeutique consiste à écrire ce qui te passe par la tête dans le seul et unique but de te sentir mieux. Elle peut être pratiquée si tu cherches à :

  • surmonter un deuil, un divorce, une séparation ou un évènement tragique
  • apaiser des troubles anxieux
  • sortir d’une dépression ou d’une déprime passagère
  • te débarrasser d’une addiction
  • évacuer le stress en période d’examens, de reconversion professionnelle ou de difficultés familiales.

Il y a donc des différences entre l’écriture thérapeutique et le journaling. Le journaling, ou journal intime, consiste à écrire tous les jours pour équilibrer ses émotions, atteindre ses objectifs et développer sa personnalité. De son côté, l’écriture thérapeutique est destinée aux périodes de mal-être, de stress ou de difficultés plus profondes.

Je vois souvent le journaling comme la prise de compléments alimentaires ou de vitamines. Au quotidien, ces oligo-éléments nous renforcent et nous aident à lutter contre les petits problèmes de santé. Par contre, l’écriture thérapeutique est un traitement sérieux, que l’on prend pour affronter les maladies plus graves. Les deux pratiques sont donc complémentaires.

Si tu pratiques le journaling, tu as parfois besoin de séances d’écriture plus intensives pour affronter les moments angoissants de ta vie. C’est là que tu as besoin de l’écriture thérapeutique.

En général, pour commencer l’écriture thérapeutique, il est conseillé d’écrire tout ce qui te passe par la tête. Mais cela ne veut pas dire que tes pensées et tes écrits ne doivent pas avoir un but et suivre un chemin. Je t’en dis plus dans la partie suivante.

pratiquer l'écriture thérapeutique

Comment commencer avec l'écriture thérapeutique ?

Tu te sens déprimé et tu as envie d’aller mieux ? Tu traverses une épreuve de stress ? Tu as envie de contrôler tes pensées négatives ? Si c’est ce que tu ressens et que tu es en train de lire ces mots, c’est certainement que tu t’intéresses à l’écriture thérapeutique.

Voici comment t’y prendre pour t’y mettre une bonne fois pour toutes !

Surmonter le blocage du début

Tu as sûrement envie de faire les choses bien. Alors, laisse-moi te guider pour bien commencer avec l’écriture thérapeutique.

Tout d’abord, laisse-moi te rassurer. Si tu ressens un certain blocage ou une peur lorsque vient le moment d’écrire, c’est tout à fait normal ! Cela fait toujours cela au début. L’idée de vider son esprit et de se livrer est toujours difficile à affronter dans les premiers moments.

Comme je te l’ai dit en introduction, j’ai commencé par l’écriture thérapeutique avant de me mettre au journaling. Cela veut dire que j’écrivais uniquement lorsque je me sentais très mal : au fond du gouffre ! Mais petit à petit, j’ai compris qu’écrire me libérait et j’ai aussi compris qu’en écrivant tous les jours, j’avais de moins en moins de moments de déprime et que le fond du gouffre était de moins en moins profond.

mini-guide écriture

Quelques étapes pour bien débuter

C’est aussi ce que tu peux arriver à faire avec le temps. Mais pour commencer, mets-toi dans une ambiance propice à l’écriture et apporte un peu de cadre à tes séances d’écriture :

  • Choisis un endroit confortable où tu es bien assis et où tu te sens à l’aise pour penser et pour écrire.
  • Réunis le matériel dont tu as besoin : cahier, stylo, chocolat chaud, thé ou café, etc.
  • Commence par écrire à quel moment tu souhaites écrire chaque jour jusqu’à ce que tu te sentes mieux. Écris l’heure et l’endroit afin de créer cette habitude dans ton cerveau.
  • Si tu te sens bloqué par la page blanche, commence par écrire ce que tu ressens à l’idée d’écrire ou de parler de toi.
  • Laisse ensuite tes pensées suivre leur cours et continue à écrire, comme si tu essayais de vider toutes les pensées que tu conserves depuis longtemps à l’intérieur de ton esprit.

De quoi parler ensuite ?

Après avoir écrit à propos de l’écriture et d’avoir vidé les pensées que tu avais à l’esprit, voici quelques idées que tu peux mettre en pratique pour retirer un maximum de bienfaits de l’écriture thérapeutique.

Ce que tu ressens !

Écris ce que tu as ressenti à un moment précis de la journée. Voici un exemple : “Lorsque j’ai pris le bus, j’ai trouvé l’odeur désagréable. Je me suis senti mal à l’aise de penser que tout le monde pouvait me regarder pendant que je cherchais une place. J’ai dû m’asseoir à côté d’un jeune homme qui sentait la cigarette. Je déteste cette odeur ! Je me rends compte que j’ai du mal à supporter le regard des gens et que je suis vite dérangé par…”. Tu vois, il n’y a rien de difficile ! Une situation ordinaire peut vite t’aider à identifier une tendance, un biais cognitif ou une peur que tu pourrais surmonter pour te sentir mieux. Cette idée est particulièrement efficace si tu cherches à surmonter une situation stressante ou angoissante.

Ce que tu fais ou ne fais pas !

Tu peux aussi écrire quelque chose que tu as du mal à faire, mais que tu aimerais arriver à faire. Par exemple : “Aujourd’hui, j’ai essayé de ne pas pleurer, mais je n’y suis pas arrivé. J’ai essayé de ne pas penser à X, mais j’ai l’impression que c’est plus fort que moi. Lorsque j’y pense, je repasse dans ma tête les moments que nous avons passés ensemble en…”. Cette suggestion est particulièrement utile si tu cherches à surmonter un deuil ou une séparation.

Pour d’autres exemples d’écriture thérapeutique, consulte l’article dédié aux exercices d’écriture thérapeutique disponible sur mon blog .

Le bienfait principal de l’écriture thérapeutique

Oui, l’écriture thérapeutique aide à vaincre le stress, à surmonter ces peurs et à passer plus facilement des moments douloureux. Mais son principal bienfait est la sensation de libération qu’elle procure.

Pour arriver à vaincre le stress ou à surmonter des épreuves, la plupart des gens cherchent à parler avec des amis intimes ou à leur psychologue. Mais bien qu’un ami soit irremplaçable, cela peut causer un sentiment de frustration. Pourquoi ? Parce qu’il est souvent difficile de tout dire et de se livrer complètement.

Si tu es comme moi, tu omets certainement, consciemment ou non, certaines de tes pensées et certains de tes sentiments lorsque tu te livres à quelqu’un. Pour quelle raison faisons-nous cela ? Généralement, car nous avons peur du jugement des autres. Nous avons peur de déranger, nous avons peur d’être incompris ou de perdre nos amis.

Mais cette peur peut avoir trois conséquences négatives :

  1. Elle rend notre juge intérieur plus dur et ne nous permet pas de nous juger en toute honnêteté.
  2. Cette crainte ne nous permet pas de comprendre réellement ce que nous ressentons.
  3. Elle nous laisse avec un sentiment frustrant de ne pas avoir vidé entièrement notre sac.

Lorsqu’on pratique l’écriture thérapeutique, ces trois conséquences négatives finissent par disparaître.

Nous pouvons exprimer tout ce que nous ressentons et nos pensées les plus cachées, ce qui nous permet de vider complètement notre sac. Cette sensation de libération nous aide à comprendre ce que nous ressentons en analysant nos pensées et nos écrits. Notre vision de nous-même s’équilibre alors. Nous ne nous jugeons ni trop durement ni trop mollement. C’est ce procédé qui mène à l’équilibre et à un bien-être profond.

écriture thérapeutique

Précautions et limites de l'écriture thérapeutique

J’aimerais finir cet article par quelques petites précautions. Tout d’abord, si tu veux être sûr de te livrer complètement, veille à ce que tes écrits restent confidentiels.

De plus, tu dois apprivoiser tes limites émotionnelles. Car, parfois, l’écriture thérapeutique n’est pas suffisante. Si tu ressens qu’après avoir écrit pendant plusieurs jours, tu ne te sens pas mieux, ou si tes écrits deviennent de plus en plus négatifs, aies l’honnêteté de le reconnaître et de demander de l’aide.

Faire appel à un professionnel n’est pas honteux ! Je suis moi-même allé chez un psychologue pendant plusieurs mois lors de l’une des étapes les plus sombres de ma vie. J’en suis ressorti plus fort !

Depuis, le journaling m’aide à me sentir bien au quotidien. L’écriture thérapeutique et le journaling peuvent très bien être pratiqués en même temps qu’une thérapie avec un psy. L’idée est de trouver le procédé qui te convient et qui t’aide à te sentir mieux.

Tu aimerais essayer l’écriture thérapeutique ? Pourquoi ne pas réunir tout ce dont tu as besoin et commencer dès aujourd’hui ? Si tu as besoin d’aide pour t’y mettre ou que tu souhaites en savoir plus, n’hésite pas à me contacter !

Tu es intéressé par l’écriture d’un journal intime pour adulte afin d’équilibrer tes pensées au quotidien ? Voici l’article de blog qui pourra t’aider à commencer un journal intime !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux-sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *