Journaling et bruit intérieur : quand l'écriture est plus forte que l’inexplicable !

par Nicolas Gatt

Quelle est la relation entre journaling et bruit intérieur ? De quel bruit est-ce que je parle ? Laisse-moi te guide pas à pas dans un concept qui t’éclaireras certainement mais que j’ai mis du temps à bien comprendre.

Et si l’hyperconnexion nous éloignait de plus en plus des gens que nous aimons ?

Ou pire encore…

Et si elle nous éloignait de nous-même ?

La semaine dernière, je t’ai parlé de trois bénéfices du journaling qui, j’en suis convaincu, peuvent aussi avoir un impact sur ta vie. Le premier était de pouvoir arrêter le temps pour faire le point sur ma vie. Le deuxième était d’acquérir plus de conscience de soi pour connaître ses limites, ses qualités et qui l’on est vraiment. Et le troisième ? Je te le révèle aujourd’hui !

Mais d’abord, je dois m’assurer que tu comprends complètement ce sentiment dont je parle.

Qu’est-ce que le bruit ?

Ne te sens-tu pas parfois perdu ? Cela m’est arrivé et crois-moi, ce n’est pas très agréable. Parfois, de mauvais sentiments peuvent vraiment nous faire passer un mauvais moment.

Il peut s’agir d’anxiété, de crises de panique, de stress excessif ou de fatigue…

Il peut s’agir de problèmes de la vie ou simplement de quelque chose qui a changé en nous.

Le fait est que lorsque tu te rends compte que quelque chose ne va pas, tu es déjà sur la bonne voie. Mais lorsque tu ne t’en rends pas compte, tu es dans une sorte de vortex dont il est très difficile de sortir.

C’est ce vortex que mon ami, dont je te parle depuis trois semaines, appelle le bruit intérieur.

Ce vortex te fait enchaîner les décisions, les erreurs, la routine, la détente, les discussions, les disputes, les moments de joie intense, sans réellement te donner l’opportunité de te rendre compte de ce qu’il se passe.

Quand Domenico me l’a expliqué la première fois, je n’ai pas compris ce qu’était le bruit dont il parlait. Je pensais qu’il se référait au flux constant d’informations que l’on subit aujourd’hui. Puis j’ai lu certains de ses écrits et je n’ai compris qu’en partie. Mais depuis que j’ai commencé à écrire, tu sais quoi ? J’ai compris.

J’ai enfin compris ce à quoi il fait référence. J’ai aussi compris comment changer ma vie en mieux chaque jour en essayant d’éteindre ce “bruit”.

Parmi les dix raisons de commencer à écrire que nous avons placé dans notre guide, mon ami et moi, nous avons mis la possibilité d’éteindre ce “bruit” en dernière. Nous avons fait ce choix non pas parce qu’elle est la moins importante, mais plutôt car c’est celle qui nous touche le plus. C’est notre raison préférée d’écrire chaque jour.

L’écriture peut littéralement éteindre ce bruit assourdissant que nous avons tous à l’intérieur.

Mais qu’est-ce que cela signifie ? Le bruit existe-t-il vraiment en nous ou n’est-ce qu’une invention stupide ? J’ai l’impression qu’au fur et à mesure que j’écris ces lignes, tes yeux se mettent à me fixer en pensant que je suis fou à lier.

Essaye de me suivre et dis-moi si ce n’est pas vrai.

journaling bruit

Journaling et bruit intérieur : éteindre ce “bruit” grâce à l’écriture

Bien sûr, je ne dis pas que c’est pour tout le monde, mais si tu es ici, et que tu lis ce troisième article après ma longue absence, c’est que nous avons quelque chose en commun : nous n’aimons pas nous arrêter ! Nous voulons comprendre, nous voulons nous améliorer, nous voulons aller bien.

C’est pour cela que tu es ici et c’est aussi pour cela que je suis revenu sur ce blog. Je ne pouvais pas garder cela pour moi !

J’ai enfin trouvé comment éteindre le bruit et il faut absolument que tu le saches.

Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Le “bruit” est la somme de plusieurs choses qui sont difficiles à expliquer concrètement. Il correspond à l’addition :

  • de nos troubles,
  • des névroses transmises par nos parents,
  • de souvenirs douleureux,
  • des choses qui nous ont forgées,
  • des erreurs que nous avons faites,
  • de l’identité que nous souhaitons avoir,
  • de notre culture et de ce qu’elle nous impose,
  • de nos biais cognitifs,
  • des pressions que nous subissons,
  • des faux raisonnements que nous avons, etc.

Ce bruit existe-t-il vraiment ou s'agit-il d'une invention stupide ?

Eh bien un peu des deux ! C’est quelque chose qui existe et que nous portons tous en nous, mais qui n’est pas vraiment explicable ni quantifiable. La plupart des gens ne se rendront même pas compte de cela au cours de leur vie.

Un peu comme ces gens qui achètent une maison au bord de l’autoroute ou près d’un aéroport. Ils s’habituent au bruit et lorsqu’on leur fait remarquer que leur environnement est bruyant, ils répondent qu’ils se sont habitués et qu’ils se sentent bien comme ça.

Mais, honnêtement, est-ce qu’ils ne se sentiraient pas mieux dans un environnement silencieux ?

Impact du journaling et du bruit dans notre vie

Depuis que j’ai commencé à écrire, je me suis rendu compte que tout le monde a un bruit intérieur qui crée des interférences. Ce bruit est immédiatement activé dès le plus jeune âge. Par exemple, cet ami dont je te parle m’a expliqué clairement la façon dont il ressent cela.

Je lui laisse la parole dans la fin de cet article :

Tu sais Nico, quand j’étais enfant, à l’âge de deux ans, mon père a choisi de quitter ma mère, et par conséquent de me quitter aussi. J’ai toujours cherché des réponses à cause de cela et tu sais pourquoi ? Quand on est enfant, on ne sait pas ce qu’est vraiment la vie.

Pour un enfant, la vie est tout simplement belle, même pour la personne la plus pauvre du tiers-monde. Chez les enfants, il n’y a ni malice, ni méchanceté, ni rien de ce que pensent les adultes. Mais à cause des choix des personnes plus âgées, les petits paient. Et lorsqu’ils commencent à payer, ils commencent à réaliser que la vie n’est pas aussi belle qu’ils le pensaient.

Ils se rendent compte que c’est nul. Alors, ils commencent à perdre le bonheur, ils essaient de comprendre, puis ils font confiance à quelqu’un, puis ils le perdent, le retrouvent et le perdent à nouveau.

C’est là que j’ai commencé à écrire, car tout ce qui m’est arrivé dans mon enfance était comme un bruit assourdissant. Un bruit que je ne voulais pas entendre ! Mais j’avais beau fermer les fenêtres des mauvais souvenirs, ce bruit les ouvrait aussi violemment qu’un vent de blizzard.

C’est cela le bruit.

Dans mon cas, c’était cela, mais tout le monde se bat avec des souvenirs, des douleurs ou des traumatismes. Même les plus forts… et certains d’entre eux ne peuvent être piégés que sur le papier.

C’est en écoutant cela que j’ai compris l’importance de tenir un journal.

J’espère que tu as compris ce qu’est le “bruit” dont je te parle. Au fil de mon expérience dans le journaling, j’ai appris à voir les choses plus calmement et à faire taire ce bruit.

Je t’en parlerai la semaine prochaine dans mon prochain article. En attendant, écris-moi pour me dire si tu comprends cette notion de “bruit” ou si c’est quelque chose d’abstrait pour toi !

Dis-moi aussi de quel genre de “bruit” tu souhaites te débarrasser.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux-sociaux

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *