S'arrêter pour recommencer : écrire un nouveau chapitre de ma vie

par Nicolas Gatt

J’aimerais commencer cet article d’une manière moins technique et sans penser au SEO.

Je sais, tu me connais certainement comme quelqu’un qui a le sens des mots. Comme quelqu’un qui aime plaire à Google quand il écrit. Si tu fais partie de ceux qui ont suivi ma formation, tu me connais probablement comme celui qui t’a enseigné un peu de référencement.

Eh bien, c’est toujours moi. Mais quelque chose a changé. Laisse-moi te dire quoi…

Tu as probablement remarqué mon absence sur le blog. Et oui, pourquoi le nier, j’ai disparu pendant un certain temps.

Je me suis rendu compte que quelque chose n’allait pas et que je commençais à ne plus trop aimer écrire. Or j’ai toujours écrit par passion, puis pour le travail, puis pour les autres et enfin pour que Google me donne le feu vert. Mais entre-temps, mon feu à moi s’est éteint et, avec lui, l’envie d’écrire.

Tu te demandes peut-être ce que j’ai fait pendant ces mois où j’ai littéralement disparu de ce blog. Crois-moi, j’ai parfois eu envie d’abandonner tout le travail que j’avais fait jusqu’à présent.

Malgré le fait que j’ai beaucoup gagné en écrivant et que les clients continuent à me solliciter pour développer leurs affaires, je sentais s’installer petit à petit un malaise qui m’éloignait de ce travail.

Mais quelque chose me disait que je ne devais pas abandonner ce que j’aime le plus. Une passion qui m’a toujours accompagné et qui ne voulait pas se détacher de moi : écrire.

Veux-tu savoir ce qui m’a amené à prendre la décision de ne pas tout quitter ?

Il y a au moins trois facteurs qui m’ont beaucoup aidé à réfléchir et à écrire à nouveau pour ce blog.

1. Marcher, marcher et marcher encore

L’une des choses qui m’a permis de ne pas perdre la motivation, c’est la marche.

J’adore marcher seul ! Je ne me rends pas compte du nombre de kilomètres que je peux parcourir parce que lorsque je marche, mon esprit se calme et se réorganise.

Je ne t’ai peut-être jamais dit que je vivais en Amérique du Sud. À la frontière entre deux pays divisés par un fleuve gigantesque. Chaque jour, je marche au bord de ce fleuve pour me retrouver.

En marchant, je fais marcher non seulement mon corps, mais aussi mon esprit.

Une citation d’un philosophe et écrivain m’a frappé : « Si vous êtes un homme libre, alors vous êtes prêt à partir » (Henry David Thoreau) et c’est exactement ce que je ressens ! Je me sens libre lorsque je marche.

C’est en marchant que j’ai compris que je devais changer ma façon d’aborder l’écriture. Mais ce n’est pas tout, il y a autre chose qui m’a fait réfléchir.

arreter le temps journaling

2. Un nouvel ami

L’année dernière, j’ai rencontré un ami qui, comme moi, écrit. Il est rédacteur lui aussi et, grâce à ce point commun, nous avons appris à nous connaître et à partager la même passion.

Mais il y a une chose qu’il n’a jamais cessé de mentionner lorsque nous étions ensemble. Il me parlait toujours de son amour du journaling.

Écrire pour lui-même. C’est ce qu’il me disait et ce qu’il me dit encore aujourd’hui. Chaque jour, il se réserve environ 30 minutes (dès le réveil) pour écrire pour lui. Il écrit sur de nombreux sujets : ses objectifs, ses émotions, ses sentiments, ce qu’il veut améliorer, les situations qu’il a mal gérées, celles qu’il a bien gérées, etc.

Comment quelqu’un peut-il écrire pour lui chaque jour depuis plus de 10 ans sans se fatiguer, sans se lasser ? J’avoue que son bonheur, son bien-être et sa personnalité à la fois forte et agréable ont attisé encore plus ma curiosité pour le journaling et l’écriture thérapeutique.

3. Simple ... basique

La troisième chose qui m’a motivé à continuer d’écrire est l’écriture elle-même. Tenir un journal tous les jours, ne serait-ce que quelques phrases, m’a permis de voir les choses d’un autre point de vue.

J’avais l’impression d’arrêter le temps et pendant que tout s’arrêtait, j’étais capable de comprendre, de réfléchir à ce que je voulais faire.

Enfin, après des années où les mots ont coulé de mon stylo comme les rouages d’un mécanisme précis, me voici aujourd’hui devant une feuille blanche, non plus en tant que rédacteur mais en tant qu’humain.

Les mots ne sont plus des outils de précision technique, mais des émotions que j’enferme chaque jour dans mon journal.

Tout était devenu un peu trop mécanique : chaque phrase un calcul, chaque paragraphe une recherche du meilleur mot-clé.

Mais aujourd’hui, je ressens à nouveau dans mes veines la chaleur de la passion, un feu qui avait été étouffé sous les cendres de la routine. Chaque mot que j’écris est une respiration, un moment de réflexion, une découverte de moi-même.

Je reviens à l’écriture pour moi, pour l’amour des histoires que je suis le seul à pouvoir raconter, pour le plaisir d’explorer des univers cachés entre les lignes. L’écriture est redevenue mon refuge, mon espace sacré où je peux vraiment être moi-même, sans filtre, sans masque.

Aujourd’hui, alors que je tapote sur le clavier, je sens que chaque mot est un morceau de mon âme qui prend forme, un rêve qui se matérialise, un aveu de qui je suis vraiment. Et sur ce chemin de la redécouverte, je t’invite à te joindre à moi pour un nouveau voyage.

Commence à écrire toi aussi

Dans cet article différent, hors des sentiers battus et des algorithmes, je veux te donner plusieurs raisons de commencer à écrire toi aussi et dès maintenant.

Bien sûr, je continuerai à écrire pour le travail, pour mes clients et pour Google. Mais je ne veux pas oublier d’écrire pour de vrai. Je ne veux pas perdre les émotions que les mots me transmettent.

La première raison pour laquelle tu devrais commencer à écrire est la suivante : ARRÊTER LE TEMPS.

C’est une raison qui me touche particulièrement car c’est ce que je fais lorsque je marche pendant des heures. J’arrête le temps. Je mets ma vie en pause. Je l’observe d’un oeil extérieur.

Le but de cette démarche est simple : acquérir une vision objective de ma vie. C’est l’une des choses les plus difficiles à faire pour un être humain. Car oui, regarder les autres et voir leurs défauts c’est facile. Voir ce qu’ils ne font pas comme il faut ou la mauvaise direction que prend leur vie c’est l’une des choses qui est le plus facile à faire. Mais réussir le même exercice pour soi-même, c’est presque impossible !

On entend souvent qu’on ne peut pas arrêter le temps, qu’il file, qu’il nous échappe. Durant les derniers mois je me suis rendu compte que ce n’est absolument pas vrai !

Il est possible d’arrêter le temps. C’est même l’une des clés du bonheur, du bien-être et de l’amélioration constante. Lorsque j’écris dans mon journal c’est comme une photo de l’instant présent que je prends. Le temps est arrêté à un instant T. J’en profite pour l’observer et voir quelle direction prendre.

C’est la première raison pour laquelle tu dois commencer à écrire. Arrête le temps avant que le temps ne t’arrête !

La deuxième raison est : ACQUÉRIR UNE MEILLEURE CONSCIENCE DE SOI.

Reste avec moi, car mercredi prochain, je t’en dirai un peu plus sur cette deuxième raison. Ainsi, tu comprendras mieux ce qui est en train de changer ma vie et qui, j’en suis sûr, peut aussi changer la tienne.

Si tu veux comprendre comment l’écriture d’un journal peut grandement améliorer ta vie, ne manques pas le prochain article et surtout mon nouveau guide qui sortira très prochainement.

rédacteur web storyteller

Mini-formation gratuite :
Construire un storytelling de qualité en 15 étapes

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux-sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *